La seconde école, la vie associative étudiante

Temps de lecture constaté 0’30

Pendant trois ou cinq années, ces jeunes vont devenir eux-mêmes et construire leurs personnalités, amplifier leurs passions.

Marc Drillech Directeur Général de Ionis Education Group
Marc Drillech,
professionnel de la communication et directeur général de Ionis Education Group

C’est vendredi. Les bogues boudent et le temps est à la réflexion.

Un domaine majeur de l’enseignement supérieur souffre de l’épidémie et de la désorganisation qu’elle entraîne, cette « seconde école » si essentielle dans la formation des caractères et des ambitions des jeunes étudiantes et étudiants, la vie associative.

Ignorée, sous-estimée, déléguée à un degré inférieur par les institutions, c’est pourtant elle qui fait tant pour le niveau d’ouverture d’esprit ou la capacité d’entreprendre des jeunes. C’est cette vie associative qui permet à nombre d’étudiants de s’engager pour des causes humanitaires, de développer leurs passions sportives, artistiques, politiques. L’enseignement supérieur est plus qu’une institution qui enseigne, même si elle l’oublie trop souvent. On n’y forme pas seulement des experts. Pendant trois ou cinq années, ces jeunes vont devenir eux-mêmes et construire leurs personnalités, amplifier leurs passions. Bien au-delà de transmettre des connaissances, l’enseignement forme des personnalités. Et la vie associative au sein des écoles en est l’un des vecteurs parmi les plus nobles et les plus performants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici